Le petit chaperon rouge

Ma fille de six ans parle allemand et français, tout comme moi. Comme elle adore les contes de fée, nous avons à la maison des livres de contes, dans les deux langues.

Un jour, nous avons remarqué que la version allemande et la version française du Petit Chaperon rouge différaient. Par exemple, dans le livre français, le Petit Chaperon rouge apporte un petit pot de beurre et une galette à sa grand-mère. Dans le livre allemand, c’est un morceau de gâteau et du vin.

Des détails, me direz-vous. Peut-être, mais je voulais en avoir le coeur net. Et là, j’ai découvert une chose qui m’a déroutée et va certainement dérouter bon nombre de mes compatriotes. Mon Rotkäppchen à moi, Le Petit Chaperon rouge de mon enfance, on me l’a lu, enfant, dans le grand livre des contes allemands rassemblés par les frères Grimm, un livre paru en 1812 : Kinder- und Haus- MärchenContes de l’enfance et du foyer. Et pourtant, figurez-vous que ce Petit Chaperon rouge allemand vient en réalité de France !

Attendez, ce n’est pas fini : Dornröschen, Blaubart, der gestiefelte Kater, Aschenputtel, der kleine Däumling : tous français ! La belle au bois dormant, Barbe bleue, Le chat botté, Cendrillon, et Le petit poucet. On les retrouve dans un recueil de contes populaires, paru en 1697, donc quelques 115  ans plus tôt : Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités, publié par le célèbre Charles Perrault, homme de lettres et membre de l’Académie française.

Les frères Grimm vécurent à Kassel, dans la région de la Hesse, au début du 19ème siècle. Ils ont été les premiers à constituer en Allemagne une collection quasi scientifique de contes populaires en transcrivant des contes qu’on leur rapportait oralement. Mais on sait aujourd’hui que les deux frères ne sont jamais allés par monts et par vaux comme le veut la légende pour interroger des paysans dans leur chaumière. C’est chez eux, dans leur salon qu’ils se les faisaient raconter.

Ainsi ont-ils probablement entendu les contes de Perrault de la bouche d’une certaine Madame Viehmann, une bourgeoise de Kassel, et des trois jeunes soeurs Hassenpflug. Or, ces personnes étaient huguenotes et donc d’origine française ! Les frères Grimm qui aimaient se présenter comme des collectionneurs de vieilles traditions allemandes, des chasseurs de patrimoine populaire et anonyme n’ont donc pas été très regardants sur l’origine de leurs contes, issus parfois d’autres recueils. Ils auraient été au courant que certains contes provenaient du livre de Perrault. Mais ils ne l’ont jamais avoué !

Par contre, ils ont apporté moult modifications à ces contes pour les adapter à leur époque et les rendre plus éducatifs. Reprenons notre Petit Chaperon rouge : dans la version de Perrault, la mère ne prévient pas du danger qui guette dans la forêt, chez les Grimm, la mère ordonne au Petit Chaperon rouge de bien rester sur le chemin. Chez Perrault, le loup demande au Chaperon rouge de s’allonger nu dans son lit, passage beaucoup trop impudique pour les frères Grimm. Chez Perrault, le loup mange le Petit Chaperon rouge et le conte est fini. Une fin beaucoup trop cruelle pour les les Grimm, chez lesquels non seulement la petite fille et sa grand-mère sont sauvées par le chasseur, mais dans laquelle, de surcroît, le Petit Chaperon rouge emplit le ventre du loup avec des pierres, ce qui tue la bête alourdie à son réveil.

Quand on regarde les livres de contes édités aujourd’hui en France et en Allemagne, on constate que les différentes versions et réécritures se sont influencées mutuellement et que les deux versions se sont beaucoup rapprochées. Et une chose est sûre : quasiment toutes les versions françaises ont repris la fin des frères Grimm : que le loup s’en sorte ou pas, le Petit Chaperon rouge finit toujours par ressusciter. Personnellement, je préfère. Et ma fille aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s