Google Glass, science-fiction et parano : mes premiers pas avec les lunettes du futur

(Source: LE PLUS)

Chris Barrett est un Américain comme les autres. À ceci près qu‘il est l’heureux possesseur des déjà célèbres Google Glass, qui ne sortiront pas avant 2014. Depuis avril dernier, il les porte tous les jours. Comment les a-t-il récupérées ? Ont-elles révolutionné sa vie ? Le regard de ses amis et de ses collègues a-t-il changé ? Autant de questions pour autant d’anecdotes. Témoignage.

 

Tout a commencé en février dernier. Google a lancé sur Twitter un concours, demandant aux participants de dire ce qu’ils feraient si jamais ils avaient l’occasion de recevoir des Google Glass, avec le hashtag #ifIhadglass (« Si j’avais des Google Glass… »). J’ai répondu que je ne travaillerais plus sur mon ordinateur, mais sur mon skate-board. Rien de transcendant, c’est venu un peu par hasard.

Pour 1600 dollars, les bureaux de Google, et mes Google Glass

Quelques mois plus tard, alors que j’avais complètement oublié mon tweet, Google a annoncé les gagnants… Et j’en étais, à ma grande surprise ! Je venais donc de gagner le droit d’acheter mes Google Glass avant tout le monde. Oui, vous avez bien lu : de les acheter.

À l’époque, j’étais à Paris et Google refusait de les faire livrer. Les gagnants devaient donc se rendre dans les bureaux de Google pour recevoir leur produit, ainsi qu’une formation expresse pour se familiariser avec l’objet et ses applications. À mon retour à New York, trois semaines plus tard, je me suis rendu dans les bureaux de Google. Au menu, champagne, petits fours et des employés de Google répondant sans aucun problème à toutes mes questions pendant deux heures, un bonheur. Néanmoins, ne croyez pas que c’était gratuit, j’ai payé près de 1600 dollars pour qu’on me laisse quitter le bureau avec mes lunettes.

Solitude, parano…

Une fois dehors, un seul sentiment, celui de faire partie du futur. Je me suis senti à la fois très chanceux et très honoré de pouvoir utiliser les Google Glass avant tout le monde. Je me suis aussi senti très seul, lâché dans la nature. Google ne m’a pas demandé de feedback, et j’avais intérêt à bien me souvenir de ce que j’avais appris.

On ne rencontre personne qui les possède et, au début, c’est presque embarrassant de les porter… Maintenant, je m’y suis fait, mais ça n’a pas été simple. Aujourd’hui, je fais toujours très attention aux endroits dans lesquels je les porte, j’ai toujours peur que quelqu’un me les pique.

Nouveaux usages, nouveaux droits

Je me suis aussi aperçu que j’étais un précurseur. Que ce soit au cinéma, au théâtre ou en voiture, je ne savais pas si j’avais vraiment le droit de porter mes lunettes, ni comment les gens allaient m’accueillir dans les lieux publics. Aucune réglementation n’existe vraiment pour le moment. Une chose est sûre, les gens me regardent dans la rue. Hier soir, j’étais à la pharmacie et je portais mes lunettes, sous mes lunettes de soleil. Un type d’une vingtaine d’années m’a approché : « Hey, c’est les Google Glass ?! » Je lui ai demandé comment il le savait, et puis je me suis dit qu’avec toutes les vidéos et les articles qui circulent sur le web… c’était évident.

Auprès de mes proches et dans mon milieu professionnel, on s’est gentiment moqué de moi. Je travaille dans la high tech, donc tous mes collègues sont habitués aux Google Glass, ou en tout cas au courant de leur existence. Mais nombreux sont ceux qui rigolent quand ils me voient avec, et qui font mine de ne pas vouloir me parler tant que je les porte (la peur d’être filmé ?!). Enfin bref, c’est drôle, on rigole bien et ça donne lieu à de nombreux gags. Après, je comprends cette peur, mais je pense que je suis quelqu’un en qui on peut avoir confiance et je ne permettrais jamais de filmer des discussions privées…

Atlantic City, son casino et mes lunettes

Aux États-Unis, les Google Glass sont déjà bannies de certaines villes, comme Atlantic City ou encore Las Vegas. Or, il y a quelque temps, j’étais avec des amis à Atlantic City et nous avons décidé d’aller jouer un peu au casino. À ma grande surprise, j’ai pu rentrer dans l’enceinte du bâtiment sans aucun problème.

J’ai joué, perdu quelques dollars, jusqu’à ce qu’une employée m’interpelle en fin de soirée, en me demandant ce que je portais sur les yeux. Je lui ai expliqué que c’était des Google Glass, et elle m’a dit que je ne pouvais pas jouer en les portant… Mais elle semblait plus amusée et intriguée que vraiment vindicative. En vérité, les gens s’en moquaient et j’ai pu me balader sans problème.

J’ai enregistré une arrestation de police

Autre anecdote intéressante, je suis le premier à avoir filmé une arrestation de police avec mes lunettes. J’étais dans le New Jersey, dans une ville côtière pour le 4-Juillet (la fête nationale américaine, ndlr), en train d’assister à un feu d’artifice. Après la fête, il ne me restait que 25% de batterie sur mes Google Glass, j’ai décidé d’aller me promener et filmer sur ce qu’il me restait de réserve. Au bout de 5 minutes, à quelques dizaines de mètres, une bagarre a éclaté entre plusieurs personnes… Il y avait une bonne centaine d’individus autour quand la police est arrivée et a arrêté trois ou quatre personnes.

J’ai pu filmer la totalité de la scène, dans ce cas précis, ma vidéo n’a servi à personne mais je n’imagine pas ce que ces lunettes vont pouvoir apporter à la justice si jamais des gens qui les portent sont témoins de crimes ou d’accidents graves… Je pense que cela va aussi révolutionner le journalisme. Après, personnellement, je pense que, si j’assiste à quelque chose d’aussi grave, mon réflexe ne sera pas de filmer mais d’apporter mon aide…

Vivement leur sortie

La semaine dernière, j’ai eu ma première conversation « Google Glass-to-Google Glass » avec un ami qui a aussi pu les recevoir. C’était génial, très fluide, très agréable… Donc très prometteur pour la suite, quand le marché sera ouvert. Je ne doute d’ailleurs pas que beaucoup d’applis vont être rapidement développées (photos, vidéos, échanges, etc.), d’autant que Google continue de publier des mises à jour.

Récemment, j’ai roulé près de 2500 kilomètres avec mes Google Glass. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elles vont permettre de sauver des vies. Aux États-Unis, comme en Europe je suppose, beaucoup de gens envoient des SMS au volant… Les Google Glass permettront d’en envoyer tout en conservant les yeux sur la route. Rien que ça, ça va déjà changer des choses. Vivement leur sortie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s