Superstition

Superstition : les Français accros à leurs grigris (Source: Le Figaro)
Ils sont 41 % à s’avouer superstitieux. Presque un sur deux évite de poser le pain à l’envers sur la table.

La rumeur veut que Nicolas Sarkozy garde dans un presse-papiers un grand trèfle à quatre feuilles, que Laurent Fabius refuse de passer sous une échelle, que Pavarotti se produisait sur scène avec un clou tordu dans sa poche ou encore qu’Andre Agassi conserve la même serviette en cas de victoire. Encore cette semaine sous les feux de l’actualité, Xavière Tiberi avait l’habitude, à la veille des municipales de 2001, de ­jetter du gros sel sous les portes cochères de ses adversaires. C’est ce que révèlent Guillaume Tabard (journaliste au Figaro) et Bruno Dive dans leur livre Les amis de l’Hôtel de Ville (Plon).

De petites ou grandes superstitions que plus de deux Français sur cinq déclarent partager, selon un sondage TNS Sofres publié cette semaine. «Cela augmente à chaque sondage», relève Éloïse Mozzani, auteur du Livre des superstitions : Mythes, croyances et légendes. «Pendant longtemps, la superstition a été mal vue en France. Critiquées par les philosophes du siècle des Lumières et pendant tout le XIXe siècle, ces croyances étaient considérées ­comme une faiblesse d’esprit», rappelle-t-elle. «L’athéisme est le vice de quelques gens d’esprit, et la superstition le vice des sots», se moquait alors Voltaire. Les Français ont néanmoins conservé leurs superstitions, «tout en s’en cachant», explique Éloïse Mozzani. Et depuis quelques années, le tabou s’effrite. Preuve en est, la folie du mariage qui a gagné l’Hexagone pour la date symbolique du 7 juillet 2007.
Patte de lapin et vendredi 13

Bon gré mal gré, sans y croire vraiment mais sans vouloir prendre de risque, nombre de Français fabriquent leurs croyances dans leur petit chaudron personnel. Optant pour des grigris branchés comme le bracelet brésilien, ou des objets traditionnels comme la ­patte de lapin. Parmi les grands classiques, le trèfle à quatre feuilles fait figure de favori puisque 37 % des Français estiment que cette trouvaille porte chance. Voir une étoile filante et toucher du bois représentent aussi un bon présage pour environ un tiers d’entre eux.

Quand on en vient aux signes de malchance, les habitudes se font plus puissantes. Presqu’un Français sur deux évite en effet de poser le pain à l’envers sur la table. Quatre personnes sur dix refusent de passer sous une échelle et une sur trois d’ouvrir un parapluie dans une pièce !

Une part de la population préfère rester discrète. Ainsi, le vendredi 13 n’est un jour de chance que pour 17 % des Français. Dans le même temps, 41 % déclarent avoir joué à des jeux de hasard ce même jour. La Française des jeux ne s’y est d’ailleurs pas trompé en lançant ses grosses cagnottes.

Moins complexés, les 15-34 ans se disent pour leur part superstitieux à 51 % contre seulement 31 % des plus de 60 ans. Enfin, les croyances évoluent selon les régions. Au premier rang, l’Auvergne affiche 48 % de superstitieux. Viennent ensuite la Lorraine, le Nord-Pas-de-Calais, l’Alsace et la Haute-Normandie. Heureusement, le nombre de superstitieux pathologiques, qui sont atteints de troubles obsessionnels du comportement, «reste stable, autour de 2 %» rassure Valérie Jalfre, psychiatre à l’hôpital Cochin-Saint-Vincent de Paul.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s