Ce que la tragédie du Titanic nous apprend (aussi) sur la présidentielle

(Source: Le Nouvel Observateur)

Le drame du Titanic doit-il nous servir de leçon en cette période d’élection présidentielle ? Oui, en ce qu’il est un défi aux prédicteurs et, pourquoi pas, aux sondages. En cela, le mythe reste gravé en nous, comme un éternel signal d’alarme : l’homme est impuissant face à la destinée. Explications du psychiatre Michel Lejoyeux.

Pourquoi la fascination du Titanic agit-elle encore ? Quels en sont les ressorts psychologiques ? Pourquoi commémore-t-on, j’allais écrire, fête-t-on, l’anniversaire de son naufrage ? Pourquoi, à l’heure où la France se cherche un président, tant d’entre nous s’intéressent-ils encore à cette histoire ?

Le plaisir du défi

Je crois que le Titanic mobilise en nous plusieurs émotions fondamentales. La première est le plaisir du défi. Ce bateau était un défi technologique insensé, une tentative de victoire définitive de l’homme contre l’inconfort de l’océan. Il déplaçait en pleine mer un luxe et une tranquillité que seuls promettaient à l’époque les palaces bien ancrés à la terre.

Une précédente publication, « Mélenchon, Sarkozy & Cie : ces candidats qui abusent des défis pour convaincre », avait essayé de vous convaincre de la puissance du défi sur nos émotions. Dans le cas du Titanic, le défi était tellement énorme qu’il continue à nous intriguer.

Le charme du dépaysement

L’autre émotion portée par le Titanic tient au charme du voyage et à son effet, là encore majeur, sur notre esprit. Le voyage en Titanic est la forme la plus accomplie du voyage, même s’il a mal fini.

Il nous conduit au plus loin dans le dépaysement. Même sans l’avoir vécue nous-mêmes, cette possibilité de voyage, de fuite en dehors de sa routine et de ses habitudes, continue à nous émouvoir. Nous ressentons, en moins intense, le même genre de plaisir trouble quand on nous raconte les voyages en Orient Express ou quand un explorateur ou un aventurier fait paraître ses mémoires.

Nous sortons de notre état d’âme habituel en nous imaginant à bord du vaisseau dans la tempête. Même si nous ne guérissons pas nos angoisses existentielles, nous leur donnons une autre tonalité, un autre décor (pour les autres leviers du changements, je me permets de vous renvoyer une fois encore à mon livre « Changer… en mieux »).

Le poids du destin

Un dernier ressort émotionnel du Titanic est l’aléa, le destin, le poids du hasard et de l’imprévisible qui vient contrarier précautions et prédictions. Les histoires qui ne finissent pas comme on l’avait prévu sont celles qui nous plaisent et nous émeuvent le plus.

Que la fin soit la victoire d’un club de football amateur renversant une figure établie du championnat de France ou un navire réputé plus fort que la mer qui sombre, l’effet psychologique est proche. Il mêle surprise, étonnement, tristesse ou satisfaction devant la mise en échec de ce qui était attendu.

La catastrophe du Titanic gifle tous les experts en prédiction et jette aux orties tous les pronostics, analyse et jeux avec l’avenir. Elle nous suggère que tout est possible, que tout peut changer, même en pire.

Dans une période d’élection, elle donne raison aux candidats qui se méfient des sondages. Vous voudriez que l’on fasse confiance aux experts qui nous décrivent la France économique et sociale de demain quand leurs prédécesseurs n’ont pas vu venir le naufrage du Titanic.

Aux médecins qui savent ou prétendent savoir de quoi notre avenir sera fait, les catastrophes comme celles du Titanic apportent aussi un drôle de démenti. Aussi terrible que soit la surprise, elle rappelle que tout est possible et que le destin n’est pas tracé.

Avec une pointe de masochisme, elle apaise notre anxiété et notre tendance à essayer de prévoir l’avenir. Nous en avons une preuve de plus, cet exercice est impossible. Alors autant profiter de l’instant présent, nous dit notre cerveau émotionnel. Par son contenu paradoxal, triste et fascinant, le Titanic n’en finit pas de déclencher des sensations fortes. Il n’en finit pas non plus de couler…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s