Crise, espace et chômage au cœur de la campagne


Pour la deuxième session de l’émission des Paroles et des Actes sur France 2, la question de la crise économique a été largement évoquée par les cinq candidats interrogés le 12 avril.


Par Barbara Leblanc – Publié le 13 avril 2012, à 07h 39 © France Télévisions (source: Usine Nouvelle)

Pour François Bayrou, premier à entrer en scène, la France souffre d’un manque d’exportations et de la faiblesse du Produire en France, son leitmotiv depuis le début de la campagne présidentielle. « Tout ce que nous avons bâti pour que notre pays ait un haut niveau de soutien à ceux qui en ont besoin est menacé. Tout se tient : l’explosion du chômage, la baisse du pouvoir d’achat, l’endettement sont les fruits du même arbre : on ne produit plus en France », a assuré le candidat du Modem. Selon lui, il faut revoir la stratégie de l’Etat et suivre les 84% des Français qui veulent un label produit en France.

Le président de la République sortant, Nicolas Sarkozy, a lui mis en avant son expérience dans la gestion des crises économiques. « La campagne sert à quoi si ce n’est dire la vérité, confronter les projets« , a questionné Nicolas Sarkozy. Il impute aussi la perte du triple A de la France à une mauvaise estimation de la réduction des déficits par la Cour des comptes « dirigée par un député socialiste ». Sur le plan économique, le candidat de l’UMP a rappelé qu’il avait demandé à l’Union européenne « la réciprocité des échanges notamment avec les grands d’Asie ».

Interdire les licenciements

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, a estimé pour sa part que la mesure d’urgence était d’interdire les licenciements. « Car être condamné au chômage, c’est être condamné à la misère aujourd’hui », a justifié Nathalie Arthaud. Elle s’en est pris aux patrons, dits voyous : « Je suis pour contraindre tous ces patrons voyous, et oui, pourquoi pas la prison. Ils violent la loi, sur l’égalité professionnelle par exemple… J’ai déclenché un tollé , certains de vos confrères ont dit que c’était grotesque. Mais le plus drôle dans cette histoire c’est que la loi, et l’article L 11 46 1 prévoit la prison, justement. C’est révélateur : la réaction a été de dire que c’est grotesque. Mais ça prouve que vous êtes tous à leur pied, que les patrons des grands groupes sont intouchables. »

Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche a avant tout dénoncé l’accumulation sans limite de la richesse. Il a rappelé sa volonté en cas d’élection de mettre en place un taux d’imposition à 100% pour les revenus supérieurs à 360.000 euros par an.

Quant à Jacques Cheminade, il a surtout insisté sur son programme sur l’espace. Pour « le futur, il faut commencer maintenant, l’espace est une traction vers l’avenir » estime le candidat. Il veut aussi  » financer de grands travaux ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s