Birmanie

Happy Wolrd: Birmanie, la dictature de l’absurde

La Birmanie subit les affres d’une dictature de fer depuis son indépendance en 1962. Depuis cette date, l’opposition démocratique et les minorités ethniques font face à une répression permanente.

Les protestations démocratiques en 1988 furent réprimées dans le sang, la révolution de Safran de 2007 coûta la vie à de nombreux moines. Sans compter la gestion désastreuse du cyclone Nargis qui frappa le pays en mai 2008, emmenant avec lui plus de 100 000 birmans et un million de sinistrés – toujours sans assistance internationale à ce jour.

Symbole de la résistance au régime, Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991, reste constamment harcelée par les autorités birmanes depuis les années 1990. Le régime dictatorial vit en vase clos depuis plus de quarante ans. Durant ces années de cloisonnement, il a développé une paranoïa extrême et une forte propension à l’irrationnel. On trouve ainsi dans l’entourage proche des militaires birmans, des numérologues, des astrologues ou des magiciens, interrogés pour chaque prise de décision importante : le nom du pays, le changement de capitale, la monnaie, l’agriculture, la circulation, la répression, à chaque fois, les astrologues sont interrogés et systématiquement suivis. Aujourd’hui, le pays vit au rythme de décisions aussi absurdes les unes que les autres, et c’est la population birmane qui en est victime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s